L'hypocrisie est un art

 Hypocrisie , haine et ruse: un trio explosif chapitre 13

Juliette a la preuve que son mari déteste sa sœur et menace de la tuer. Elle a du mal à supporter son hypocrisie et se sent de plus en plus mal à l’aise.

Jessica poussa violemment David qui ne s’y attendait pas et se dégagea de son étreinte.

-Ne me touche plus jamais, espèce de malade ! Je te préviens c’est la dernière fois que tu poses tes sales pattes sur moi idiot !

-Si tu crois que tu vas t’en tirer comme ça tu te trompes.

-oui c’est ça imbécile. Tu ferais mieux de préparer le petit dej , je t’attends.

Se sentant en position de force du fait de la présence des autres membres de la famille dans la maison, mais également à cause de tout ce qu’elle savait sur lui, Jessica décida de pousser David à bout. Elle tira une chaise et sourire aux lèvres, fit signe à son beau-frère de s’activer. David, le visage déformé par la colère, la fixa longuement tout en   s’imaginant la façon dont il s’y prendra pour la faire disparaître pour de bon.

-Allez, dépêchons, dépêchons, j’ai horriblement faim déclara Jessica ironiquement.

-Mais certainement votre Altesse ! répondit David en serrant les dents. Il imagina ses mains entrain de serrer le coup de Jessica jusqu’à lui rompre la nuque. Il y prit du plaisir et retrouva tout son calme. Il se retourna et se mit à échafauder un plan diabolique afin de supprimer sa cible  tout en préparant le petit déjeuner. Jessica ayant compris que son beau-frère mijotait quelque  chose, décida de redoubler de prudence.  Elle se devait d’affronter David et c’est précisément pour cette raison qu’elle a tenu à rester seule avec lui pendant que sa sœur se douchait. Elle devait prendre la température et lui signifier qu’elle ne le craignait pas même si au fond d’elle , elle avait peur de lui. 

Juliette qui assista à la scène du cagibi reprit son souffle. Elle n’en croyait pas ses oreilles ! 

-C’est donc vrai se dit-elle. Il est ce personnage abject qu’on m’a décrit. Une chose est certaine, il a menacé ma sœur et ça c’est hors de question que je l’accepte.

Elle décida de revenir à la cuisine pour en découdre mais Jessica l’aperçut  et lui fit signe pendant que David s’affairait  à la cuisine de monter se doucher.

-Tout est prêt votre Majesté ! dit David en plaisantant.

-Et bien ce n’est pas trop tôt ! répondit Jessica. Je vais aller chercher ma sœur.

-Nous devons parler Juliette, dit Jessica en pénétrant dans la luxueuse  suite parentale du couple.

-Ça va être difficile étant donné que David sera probablement à la maison pendant tout le week-end.

-Nous devons être très prudentes et faire comme si de rien n’était ok? Tu as compris et surtout sois l’épouse  aimante et amoureuse que tu es d’habitude.

-Tu m’en demandes vraiment trop ! C’est au-dessus de mes forces Jessica !soupira Juliette.

-Je te comprends mais essaie de faire un effort. Je redescends. Dépêche-toi.

Jessica retrouva David dans la cuisine qui lui proposa du thé.

-Non merci mon beau-frère d’amour, tu es trop gentil.

-Aurais-tu peur de moi Jesscica ? Tu penses que j’y ai ajouté du cyanure ou quelque chose de ce genre ?

-Disons que je prends des précautions.

-Alors tes affaires ?

-Tu t’intéresses à moi maintenant ?

-Non pas vraiment ! dit David l’air grave. J’essaie d’être sympathique et je me disais surtout que toi et moi on pourrait former un duo de choc si tu m’appréciais ne serait-ce qu’un tout petit peu.

-Un duo de choc, rien que ça ? Non sans façon, mais merci quand même. Si jamais un jour je suis désespérée et suicidaire, je ferai appel à toi.

-Tu es si différente de ma femme. J’ai du mal à croire que vous soyez jumelles.

Au même moment Juliette pénétra dans la cuisine.

-Alors c’est prêt mon chéri ? demanda Juliette un large sourire aux lèvres. Tu es un amour ! Elle colla un bruyant baiser sur les lèvres de son mari.

-J’étais en train de dire à ta sœur à quel point vous êtes formidables toutes les deux.

Jessica observa la scène et se surprit à ressentir de l’admiration pour sa sœur. Elle sourit en pensant à sa force de caractère  , à son courage. David pensait être le seul à maîtriser l’art de l’hypocrisie mais il se trompait, complètement.

Amandine et le bébé les rejoignirent et tout le monde passa un bon moment à table. David surveillait les faits et gestes de Jessica. Il ne se doutait pas le moins du monde que sa femme pouvait être au courant de tout ce qui se tramait.

-Bon les filles je monte me doucher.

-Nous on va filer voir Alice, tu restes avec les enfants ?

-Non attendez-moi. Je vous accompagne.

David faisait tout son possible  pour éviter que sa femme et sa belle-sœur ne se retrouvent seules.Il avait peur que Jessica révèle certaines choses à Juliette. Ce qu’il ignorait c’est que sa femme savait déjà pratiquement tout. 

Jessica et Juliette se regardèrent sans pouvoir communiquer directement étant donné qu’Amandine n’avait pas encore fini son petit déjeuner. Mais elles savaient qu’il était urgent de s’organiser. 

-Tu devrais utiliser la douche du rez de chaussée en attendait Jess. Je vais te chercher des vêtements.

-Ok, merci.

Juliette monta à l’étage chercher des affaires pour sa sœur lorsque son mari sortit de leur salle de bain privée nu comme un verre. Il l’a regarda et se dit qu’elle était particulièrement sexy dans sa petite robe moulante noire et crème. Il avait envie de lui faire l’amour là tout de suite sans préliminaire et sauvagement. Cette idée l’excita davantage et il se dirigea vers sa femme et la plaqua contre le dressing.

-Tu es sublime dans cette tenue… Je meurs d’envie de te faire l’amour là tout de suite. Il se mit à embrasser goulûment Juliette qui tenta de s’échapper sans succès.

-On ne peut pas chéri. Jessica et les enfants sont en bas. En plus Jesse m’attend je dois lui ramener des vêtements . Elle se douche.

-Juste un quick -sex de 10 mn. Jessica ne va pas fondre sous la douche. Il se mit à la déshabiller nerveusement

-Maman, maman, téléphone c’est Alice !cria Amandine.

-Il faut que je réponde!

Juliette remit son soutien-gorge rapidement, ajusta sa robe et sortit de la chambre en vitesse.

Déçu David s’habilla avec rage et descendit les rejoindre.

-Que se passe-t-il ? Alice va bien ?

-Elle veut me voir.

-Et bien en route ! Amandine tu t’occupes de ton petit frère.

-Je ne suis pas la baby-sitter de votre enfant. Si vous voulez que je le garde, il va falloir me payer. J’ai plein de devoirs à faire moi.

– Sans prêter attention aux revendications salariales  d’Amandine , ils se dirigèrent tous les trois vers le garage.

Arrivés à l’hôpital, toutes les places de parking étaient pourvues.

-Une aubaine pensa Jessica . On va enfin pouvoir être seules.

-Il n’y a absolument pas de place ici. On tourne en rond depuis 15 minutes, remarqua David l’air agacé.

–  Dépose-nous ici et continue de chercher. Si d’ici 10 mn tu ne trouves pas de place, rentre te reposer. Nous prendrons un  taxi au retour.

-Oui tu as raison. Allez-y les filles. Je vous appelle pour vous dire ce qu’il en est.

Juliette et sa sœur descendirent de la voiture, soulagées. Elles vont pouvoir enfin discuter tranquillement.

-On prend une bouteille d’eau à la cafèt s’il te plait, j’ai la gorge sèche, demanda Jessica.

-Ok mais dépêchons-nous. Si David trouve une place tout de suite , ça va être difficile de se retrouver seules en privé.

Elles filèrent en vitesse à la cafétéria en quête d’une bouteille d’eau lorsqu’elles tombèrent nez à nez avec une vieille connaissance.

-Quelle délicieuse surprise !Je suis ravi de vous croiser une fois de plus ici. Je crois que le destin souhaite que nous dînions ensemble. Comment allez-vous ?

-Pfff encore lui ?se dit Juliette

-Ravie de vous revoir déclara Juliette tout en essayant de dessiner un large sourire sur son visage.

-Qui est ce charmant gentleman ? Tu ne me présentes pas ? demanda Jessica à sa sœur.

Avant même que Juliette ait le temps de répondre, elle poursuivit :

-Je suis Jessica et vous ?

-Bonjour , je suis Jean ….. ! Enchanté de faire votre connaissance ! Vous vous ressemblez comme deux gouttes d’eau ! Vous êtes sublimes si je puis me permettre.

-Vous pouvez vous permettre tout ce que vous voulez répondit Jessica. Vous n’êtes pas mal non plus  mais vraiment pas mal.

-Désolée, c’est impoli de ma part…s’excusa Juliette

-Non ce n’est pas bien grave . De toute façon, les liens de parenté ne sont pas difficiles à établir dans ce cas précis.

-C’est le moins qu’on puisse dire !balbutia Juliette.

-Puis-je vous inviter à prendre un café ?

-Non merci nous sommes très pressées, répondit Juliette l’air embarrassée.

-Tout de suite non mais pourquoi pas un peu plus tard en début de soirée ? Nous serions ravies de prendre un verre en votre compagnie dit Jessica.

Juliette connaissant la réputation de croqueuse d’hommes de sa sœur se sentit très gênée mais en même temps amusée.

-C’est ma jumelle, donc si je lui plais, Jess aussi lui plait . Du coup il va me foutre la paix pensa-t-elle.

-Qu’en dites –vous ? lui demanda Jean.

-Heu c’est-à-dire que j’ai tellement de choses à faire. De plus ma fille est très malade et je dois également m’occuper de mes deux autres enfants.

Jessica voyait bien que sa sœur essaya de décourager cet homme en lui balançant au visage  toutes ses responsabilités de mamans , sentit  qu’elle devait la stopper net avant qu’elle n’aille plus loin et fasse tout capoter.

-Ne vous inquiétez pas. Je vais tout arranger. On se retrouve ce soir vers 19H30 à la Rondelle.

-Excellent choix! Déclara Jean.

-A plus tard s’empressa de dire Jessica. Elle régla la facture en deux temps trois mouvements et  tira sa sœur  par le bras craignant qu’elle ne gâche tout .

-Mais tu es complètement folle ma parole ! Quelle vicieuse ! Mais tu es insatiable Jessica. Il ne te suffit pas le beau black. Je parie que depuis que tu es arrivée tu as déjà passé du bon temps avec lui.

-Tu parles de quel beau black au fait car il y a Julien l’antillais, Rodrigue, ah Rodrigue hummm et …..

-Non c’est bon ça suffit ! Je ne veux rien savoir ! Mais tu n’as pas honte ?

-Non m’dame! répondit Jessica en embrasant sa sœur.

-Lâche-moi ! Tu es terrible ! En tout cas tu vas aller à ce dîner toute seule je te préviens ma cocotte.

-Ah ça non ! Ce type-là ne m’intéresse pas, il est à toi !

-Comment ça ? Je te signale que c’est toi qui a fixé un rendez-vous avec lui. Je n’ai rien demandé moi !

-Ce n’est pas mon genre ! Il est très charmant c’est vrai mais c’est plutôt ton type d’homme. Il est trop conventionnel, trop sérieux. Il sent celui qui veut se poser à plein nez. Beurk, ce n’est pas du tout pour moi. Je te parie ce que tu veux que dans six mois, il te demandera en mariage.

-Tu veux dire quoi au juste ? Tu l’as dragué sous mes yeux  et maintenant tu veux me le refiler.

-C’est ça que tu appelles de la drague ? Mais attends, il y a une chose que je ne comprends pas . Toi et moi on est jumelles ou pas ? . Si ça c’est de la drague , dis donc!  Le mariage t’a retourné le cerveau§ déclara Jessica dans un éclat de rire

-Arrête de rire aussi fort . Mais ce n’est pas possible ! En tout cas , je te le répète , tu iras seule à ton rencard. J’ai un mec que je ne peux plus sentir. Je ne veux pas qu’un autre vienne s’accrocher à moi. Je te préviens. Arrête tes bêtises !

-Qui a dit qu’il fallait le laisser s’accrocher à toi ? Il faut vraiment que je fasse ton éducation sexuelle toi ! ricana Jessica.

-Mais tais-toi nom d’un chien. Tu vois le monde qu’il y a autour de nous. Espèce d’obsédée !

-Espèce de petite bourgeoise coincée qui a besoin d’être complètement, totalement décoincée! dit Jessica en montant dans l’ascenseur. Juliette se sentit rougir car il y avait deux personnes dans l’ascenseur qui ont entendu les propos de sa sœur et qui ont pouffé de rire.

-C’est vrai quoi, poursuivit Jessica. Au lieu d’en profiter et de passer du bon temps avec cet homme qui a l’air si charmant, tu t’inventes des excuses. Heureusement que j’étais là pour éviter le pire. Il a l’air très attiré par toi. Tu as vu comment il te dévorait des yeux ? lui demanda Juliette.

Cette dernière honteuse, baissa la tête et pria fort pour que les deux personnes descendent vite de l’ascenseur mais au contraire, il s’arrêta au troisième étage et trois autres personnes y montèrent.

-Tu vas voir je vais t’arranger ça illico presto et il va tomber raide dingue de toi. Tu as besoin de quelqu’un pour ramoner ta cheminée   ma chère . Tu es trop jeune, trop belle pour perdre ton temps avec ton imbécile de mari.

– La ferrrrme, lui chuchota Juliette sans succès.

-C’est vrai quoi ! En sortant de l’hôpital je t’emmène à un institut de beauté avant le dîner.

-Excusez-moi dit un des passagers de l’ascenseur arrivé à destination et qui voulait descendre.

-En tout cas votre sœur a raison, vous êtes magnifique, dit le  jeune homme de dix ans le cadet de Juliette

-Merci répondit Juliette troublée.

-Maintenant c’est bon ferme-la! ordonna-t-elle à sa sœur. 

-Non, promets que tu iras au rendez-vous avant.

-Bien sûr que non ! répondit Juliette exaspérée

-Ok mamie , très bien, ne t’énerve pas . Demeure fidèle pendant que ton cher mari s’amuse.

-Bon ça suffit maintenant ! cria Juliette.

Jessica était satisfaite car même si sa sœur était fâchée , elle savait bien que cette dernière phrase lui ferait  réfléchir et qu’il y avait de forte chance pour qu’elle se rende à ce dîner.

-Contente d’elle-même , elle lâcha un « excuse-moi ma puce . Je dis ça pour ton bien »

-Juliette lui lança un regard noir et sortit de l’ascenseur.

-Coucou ma chérie, tu vas bien ?

-Maman ! Je suis contente de te voir.

-Regarde qui je t’amène dit Juliette qui s’écarta en laissant apparaître la belle frimousse de Jessica.

-Oh tata ! Ça fait longtemps !

-Bonjour mon trésor ! Jessica prit sa nièce dans ses bras et lui fit de gros bisous comme dans le temps.

-Je suis heureuse de te voir, ça fait un bail.Les affaires ne m’ont pas permise de vous rendre visite plus souvent.

-Dring dring,

-Oui ? Ok chéri !

-David a trouvé une place dit Juliette. Il arrive.

Juliette venait de comprendre qu’il y avait de forte chances pour qu’elle ne puisse discuter ni avec Jessica ni avec Isabelle en sortant de l’hôpital Elle décida donc d’envoyer un texto à Isabelle  pour lui  fixer un rendez pour 17h30.

-On voit Isa à 17h30 Jess.

-Je ne t’accompagne que si tu acceptes mon « ’invitation » à dîner ?

-N’insiste pas Jess et arrête de faire l’enfant!

-C’est à prendre ou  à laisser !

Juliette consciente que le temps jouait contre elle accepta de dîner avec Jean après le rendez-vous avec Isabelle….

 

Tu trouveras le chapitre 12 ici et le 11

Merci de partager ce chapitre en masse et d’inviter tes amis à liker page facebook . N’oublie pas de laisser un petit mot merci et à bientôt!

Facebook Comments
Share This

Inscris-toi pour ne rien rater...

Si tu veux recevoir toutes nos publications , inscris-toi à la newsletter! 

Merci et à bientôt pour de nouvelles aventures!