Perdue dans les profondeurs de tes yeux chapitre 9 !

Après le départ d’Isabelle, Juliette va se remémorer sa rencontre avec David et la façon dont ses magnifiques yeux bleus l’avaient hypnotisée…

Quel est donc ce plan ?

-Nous sommes toutes les deux épuisées. Va te coucher. Je vais rentrer faire de même. Nous parlerons demain. Ne change pas ton attitude! Fais comme si de rien n’était recommanda Isabelle.

– Ça ne va pas être simple ! A vrai dire je ne sais pas si je vais pouvoir continuer ainsi ! Je sens que je suis en train de perdre pied. Je suis à bout.

– Ressaisis-toi, ça devrait aller Juliette. Je sais que c’est dur mais tu dois tenir. Tu n’as pas le choix !

-Ok bonne nuit !

-Bonne nuit je passerai demain dit Isabelle !

Juliette savait qu’elle aurait du mal à trouver le sommeil malgré l’extrême fatigue qu’elle ressentait. Elle monta vérifier que tout le monde dormait et redescendit à la cuisine se préparer une tisane. Elle s’installa et commença un long monologue.

-Pendant que j’étais dans cette queue, je ne voulais pas avancer car, je venais de ressentir des choses que je n’avais jamais connues auparavant. C’était à la fois doux et amer, sensuel et vigoureux, paisible et violent ! Ce mélange de sentiments me donnait le tournis. J’espérais que ce jeune homme ressentirait la même chose pour moi mais en même temps, je ne pouvais pas y croire ! Comment cela pourrait-il se produire ? Décidément je perdais la tête ! Ressentir autant de sentiments pour une personne que je venais à peine de rencontrer, je ne comprenais pas.

J’ai emprunté les escalators et je me suis dirigée vers une table. Je me suis retournée plusieurs fois, espérant qu’il était derrière moi sans succès. Je ne le voyais pas. J’ai fait exprès de me mettre dans la rangée centrale pour pouvoir mieux guetter son passage et voir à quel endroit il allait s’assoir. J’ai attendu facilement une heure sans l’apercevoir. J’ai commencé à croire que j’avais eu un songe. Qu’il n’existait pas ! De si beaux yeux ne pouvaient être que l’effet d’un mirage !

C’était donc ça j’ai rêvé ! Oui ce n’était qu’un rêve ! Un délicieux songe ! Mais comment expliquer alors tout ce que j’avais ressenti. J’ai finalement pris la résolution de tout mettre de côté et de commencer à travailler sérieusement. J’ai sorti mes affaires et je me suis attaquée à mes révisons ! Mais rien n’entrait c’était comme si je n’avais plus de cervelle ! Je voyais son image partout et mon cœur battait la chamade. J’ai essayé de me concentrer mais c’était peine perdue. Je me suis donc levée et j’ai fait un tour dans la bibliothèque feignant de chercher un livre rare. J’ai même été voir à la photocopieuse, mais il n’était nulle part.

N’arrivant pas à me concentrer pour travailler j’ai pris la décision de rentrer. Alors que je me dirigeais vers la sortie, j’ai entendu :

-Hey, je t’ai cherchée partout ! Tu étais où ?

Je suis restée  pétrifiée, ne pouvant ni bouger ni dire quoi que ce soit.

-Tu t’en vas déjà. Dommage, je voulais t’inviter à prendre un verre après les révisions. On ne s’est pas présenté. Je suis David.

Je savais que je devais me présenter à mon tour mais aucun son ne voulut sortir de ma bouche.

J’ai tout de même finit par prononcer quelques mots pour signifier que je ne voulais pas partir.

– Viens on fait une pause à la cafèt alors?

Je fis oui de la tête ! Quelle grâce ! Pensais-je ?

Il a été au distributeur cherché des boissons chaudes et vint ensuite s’installer en face de moi. Il se mit à me raconter sa vie, ses études mais je n’écoutais pas j’étais perdue dans l’océan de ses sublimes  yeux bleus! Je n’avais jamais vu de tels yeux auparavant et je n’en ai jamais vu de semblables depuis! Quelle beauté ! Quelle profondeur! Quelle intensité! Son regard me traversait littéralement! Tout mon être, tout ce que j’étais était mis à nu…. Je scrutais chaque trait de son visage. Mon cœur battait fort et vite. J’aurai pu rester ainsi à le contempler toute la vie. Ma gorge était sèche et mes mains extrêmement moites.Je ….

-Toc, toc, toc!

Des coups secs se firent retentir et sortirent Juliette de ses pensées. Elle ne se leva pas pour autant pensant  que c’était Isabelle qui avait oublié quelque chose.

-Qu’elle aille voir ailleurs si j’y suis. Elle n’a qu’à repasser demain se dit Juliette.

Mais la personne se fit très insistante. Alors Juliette alla ouvrir la porte !

-Jessica !

-Dis donc toi tu ne devais pas me contacter ?

-Je suis désolée ma belle ! J’ai eu un contretemps ! En fait beaucoup de choses se sont passées et du coup je n’ai pas eu le temps de t’appeler.

-Tu as une mine affreuse ! Que t’est-il arrivé ?

-Entre je t’expliquerai tout ça !

-David est là ? Demanda Jessica sur le pas de la porte.

-Non

-Ok alors !

Jessica ôta son manteau et pris place dans la cuisine en face de sa sœur Jumelle !

-Je ne me rappelle plus la dernière fois que tu es venue à la maison. Ça fait tellement longtemps Jessica ; d’ailleurs tu ne m’as jamais vraiment expliqué pourquoi tu ne viens plus nous voir.

-Par manque de temps…

-Non pas de mensonge entre nous ! Le beau black m’a fait comprendre que tu venais souvent en France, d’ailleurs ça m’a blessée de savoir que ma sœur est souvent à Paris mais ne me rend pas visite.

-Je passe toujours en coup de vent, pour les affaires.

-Oui oui , j’imagine il doit s’y connaitre en qualité d’ « affaire » n’est-ce pas ? Il est très charmant ….

-Tu  te fais des idées Juliette. Il ne se passe rien de sérieux entre lui et moi . Tu me connais, les histoires d’amour ce, n’est pas mon truc. C’est plutôt pour toi. Tu ne m’as toujours pas dit pourquoi tu n’as pas répondu à mes textos, ni pourquoi tu ne m’as pas appelée ? Tu sembles oublier que nous avions « quelque chose à faire. Tu as changé d’avis ?

-Oui et non ! Il s’est passé tellement de chose depuis la dernière fois. Je ne sais pas par où commencer.

Juliette fit un résumé des événements de ces derniers jours à sa sœur qui ne semblait pas le moins du monde surprise par les révélations faites au sujet de David.

-Tu ne dis rien Jessica ?

-Hummmm….

-Comment  ça humm ? Je viens de t’apprendre que mon mari est sans doute un espion et tu me dis « hummm » ?

-Ça ne te choque pas ? Je sais que tu ne l’as jamais aimé mais tout de même cela ne te semble pas incroyable tout ça, invraisemblable ? Moi je suis sous le choc et depuis quelques jours ma vie est un véritable désastre. Je suis complètement perdue.

Juliette se mit à sangloter….

Jessica ne bougea toujours pas. Elle demeura silencieuse tête baissée.

-Mais dis quelque chose nom d’un chien !

-Que veux-tu que je te dise Juliette ?

-En même temps, ce n’est pas étonnant que tu ne dises rien. Tu n’as jamais vraiment apprécié David. Tu ne me l’as jamais dit verbalement mais ton comportement me l’a prouvé à maintes reprises. C’est triste quand même que ma sœur rejette mon mari. C’est désolant de constater que tu cherches toujours une occasion de nous fuir et le plus dur c’est que je n’ai jamais compris pourquoi car David semble t’apprécier lui….

-David m’apprécie ? Ou alors c’est ce qu’il ta fait croire !

-Comment ça Jessica ?

-David me déteste aussi profondément que je le hais, sois en certaine !

-Je ne comprends pas !

-Ecoute Juju ce n’est pas le moment…

-J’en ai marre qu’on me dise quoi faire et quand le faire !

-Pourquoi tu détestes mon mari ?

-Ça n’a aucune importance

-Si Jessica , bien au contraire ! Tu as changé d’attitude, tu ne viens plus me voir car tu n’aimes pas mon mari donc c’est important que je sache pourquoi car tu es ma sœur je t’aime. On a toujours été proche mais depuis quelques années, les choses ont changé.

-Je ne l’ai pas fait exprès mais c’est mieux comme ça.

-Pourquoi, tu veux dire que mes enfants et moi ne comptons pas pour toi ? Momo m’a dit qu’il te voyait de temps en temps, or tu pourrais passer nous voir…

-Sers-moi un verre de vin s’il te plait ?

-Pardon ?

-Un verre s’il te plait !

Désabusée, Juliette servit un verre de Sauternes à sa sœur. Elle porta le verre à ses lèvres, but une gorgée et prit une profonde respiration.

-Lorsque j’étais en prison, ma copine de cellule était une vraie saleté, une fille de la pire espèce. Plusieurs fois j’ai dû me battre avec elle. C’était la seule façon de me faire respecter par cette vermine.Quand elle a compris que je ne me laisserai pas faire et que j’étais prête à me battre quitte à y laisser ma peau, elle a commencé à me laisser tranquille. Regarde cette cicatrice au menton est un petit cadeau de cette bouffonne. Quelques jours avant sa sortie de prison, elle m’a dit qu’elle avait une mission très importante. Elle m’a expliqué qu’elle devait éliminer un gars et qu’il y avait de fortes chances pour qu’elle soit de retour en prison dans très peu de temps suite à ce meurtre mais qu’elle devait faire ce qu’on lui demandait. Elle disait ne pas avoir le choix. Elle semblait effrayée mais décidée ! Ne la croyant pas, je me suis mise à rigoler et à me moquer d’elle. Je savais que c’était une garce mais de la à être une tueuse à gage, je ne la croyais pas du tout. Vexée, elle sortit une photo pliée de son soutien-gorge et me la montra.

Finalement, elle sortit de prison et quelques jours après j’ai appris en regardant les journaux qu’elle avait été tuée. J’en ai donc conclut qu’elle disait vrai mais qu’au lieu d’éliminer sa cible c’est elle qui l’a eue.

-Il y a des malades partout que veux-tu dit Juliette ! C’était certainement un règlement de compte ou un deal qui a mal tourné ! Ça arrive de plus en plus ce genre de chose.

– Lorsque je suis sortie de prison, j’ai fait la connaissance de David  et c’est alors que je me suis rendue compte que l’homme qu’Adriana devait tuer ressemblait étrangement à David mais il s’appelait différemment. Je l’ai reconnu grâce à ses yeux. Je ne pouvais pas me tromper et j’aurais reconnu ces yeux parmi dix milles.

-Qu’est-ce que tu racontes ?

-J’ai donc essayé de lui poser quelques questions mais très vite il s’est mis sur la défensive. Quelques jours après alors que tu étais sortie , on a eu  une drôle de conversation durant laquelle , il m’a appris que si je ne restais pas tranquille et si je ne cessais pas de fouiller dans sa vie ,  il avait des amis hauts placés capables de me renvoyer faire un autre séjour en prison et ce pendant un bon bout de temps… Sachant qu’il était sérieux et vu tout le dossier qu’il avait me concernant, j’ai pris la résolution de quitter la France.

-Quoi ! C’est donc ça, cria Juliette !

Le chapitre précédent est ici:

Merci de partager ce chapitre et d’inviter vos amis à liker la page facebook

Facebook Comments
Share This

Inscris-toi pour ne rien rater...

Si tu veux recevoir toutes nos publications , inscris-toi à la newsletter! 

Merci et à bientôt pour de nouvelles aventures!